Océan, traduction, frénésie littéraire d'une rive à l'autre. Attrapez la vague au vol !

Les auteurs nicaraguayens

On tient généralement Rubén Darío (1867-1916), homme de lettres, diplomate, mais surtout poète pour l’initiateur du mouvement moderniste aux Amériques. La publication en 1888 de son recueil Azul..., aux formes poétiques novatrices, suscita un accueil chaleureux aussi bien de la part du chilien Eduardo de la Barra qui écrivit le Prologue de la première édition, que de l’espagnol Juan Valera, dont la voix critique était alors dotée d’une portée certaine. La lettre qu’il écrivit à Rubén Darío et qui sert à son tour de Prologue aux éditions postérieures de Azul... fit non seulement connaître le poète nicaraguayen en Europe mais attira l’attention sur les littératures en langue espagnole venues de l’autre côté de l’océan et sur le souffle nouveau qui les caractérisaient.

 

Aux éditions de L'atelier du tilde :

 

// Le roi bourgeois & L'oiseau bleu (2011)

Tous droits réservés L'atelier du tilde / Alexis Dedieu

Dernière mise à jour : printemps 2015