Océan, traduction, frénésie littéraire d'une rive à l'autre. Attrapez la vague au vol !

Colons, Leonardo Sanhueza

Collection Lolita Valdéz

SUR CE TITRE

LIRE UN EXTRAIT

LEONARDO SANHUEZA

DOSSIER DE PRESSE

BORDÉES

COMMANDER

Leonardo Sanhueza

Colons

1ère éd. 2013

100 pages

14 x 14 cm

12 euros

ISBN : 979-10-90127-22-7

Édition soignée, tirage limité, reliure cousue main, couverture kraft.

 

Récit poétique. Traduit de l'espagnol (Chili) par Nadine Dejong

Ajouter au panier

Édition soignée, reliée à la main

Vous pouvez observer les étapes du travail de façonnage et de reliure de ce titre sur le blog des éditions.

Résumé

Composé de deux parties, le recueil s’ouvre sur le récit poétique chatoyant de la traversée qui mène l’ingénieur Gustave Verniory de sa Belgique natale jusqu’en Amérique, avant d’offrir le portrait sous forme d’instantanés, et de donner une voix à ces modestes colons européens qui furent souvent douloureusement confrontés à la rudesse et à la brutalité de l’Araucanie en cette fin troublée du XIXe siècle. Reconstruisant un passé par le biais des histoires familiales et individuelles, de ces vies difficiles et désenchantées, Colons offre aussi une réflexion sur la construction de l’identité chilienne.

 

Un parcours troublant.

Les poissons volants

 

Un an après sa sortie de l’École Polytechnique de Bruxelles, quand l’absence d’horizons avait rongé son enthousiasme juvénile au point de n’en laisser qu’une déplorable poussière de désenchantement, l’ingénieur Gustave Verniory comprit qu’il était inutile de continuer à frapper aux portes et qu’il devait tenter sa chance dans n’importe quoi, et n’importe où, mais loin de l’Europe. La situation en Belgique empirait de semaine en semaine, en Hollande les choses ne se présentaient pas sous de meilleurs auspices, la France avait besoin de tout sauf de belges inexperts, on ne gagnait rien à jeter les yeux sur l’Allemagne ou l’Autriche, et pourquoi se mettre en frais pour l’Angleterre, l’Espagne ou le Portugal.

Un ami de la famille, qui se trouvait alors en vacances à Bruxelles, apprit le découragement de Verniory et l’invita dans son hacienda à Santa Fe, en Argentine. Il n’allait certes pas gagner un centime ou, s’il gagnait quelque chose, ce serait en acheminant du bétail ou en posant des clôtures sur des terres, mais, en compensation, il pouvait compter sur la stabilité de la vie champêtre et l’assurance qu’en tout cas il ne manquerait ni d’expériences ni d’occupations. Entre cela et embuer des miroirs et des fenêtres dans la maison paternelle, mieux valait cela.

 

[...]

 

Colons

 

Passants, 1889

 

La place de Victoria est immense, Gustave : on y parle

espagnol, français, allemand, anglais, italien, irlandais et russe,

mais il y a huit ans c’était une jungle à une seule langue

et il tombait sur la vie sociale une lumière coupée en grillage,

propre aux fantômes, dans le paisible chaos des choses

qui sont sur le point d’exploser, comme les musiciens

au début de la neuvième symphonie de Beethoven,

mais avec un pressentiment qui bondissait dans le feuillage,

de branche en branche, vers le terrier du rongeur.

Il en reste encore quelques vestiges, ces grands troncs

coupés, où tu peux jouer aux échecs ou écrire

avec un clou les noms que tu détestes ou que tu aimes,

mais tu peux aussi dire : la place, une clairière

qui a poussé en spirale, et la foule attrapée dans des gouttes

de résine, dans l’œil de poisson par lequel regardent

les artères cautérisées par le soleil, qui est photographe.

Leonardo Sanhueza (1974) poète chilien, traducteur de Catulle, est chroniqueur littéraire mais aussi géologue et diplômé en Langues et Lettres classiques.

Son œuvre poétique  ainsi que son anthologie El Bacalao. Diatribas antinerudianas y otros textos [La Morue. Diatribes anti-nérudienne et autres textes] (Ediciones B, 2004). en font un représentant distingué du renouveau de la poésie chilienne, dont le travail a été à de nombreuses reprises primé, et tout récemment au Chili par le Prix de la Critique 2011 pour La ley de Snell  et le  Prix de l’Académie Chilienne de la Langue pour Colonos, 2012.

 

Aux éditions de L'atelier du tilde :

 

// La loi de Snell (2013)

 

// Colons (2013)

Télécharger le dossier de presse de ce titre

Section en travaux, repassez prochainement

La polysémie du mot bordée nous a semblé propice à héberger un certain nombre de prolongements thématiques en relation avec ce titre : la bordée, qu'elle soit un terme de navigation maritime, ou bien l'incitation à une escapade collective, élargit le hublot par lequel on (a)perçoit l'autre rive. Vous trouverez dans cette section des articles, médias ou entretiens susceptibles de faire écho au texte publié.

Section en travaux, repassez prochainement

Payer en ligne cet achat

Pour acheter nos ouvrages via notre site internet, il vous suffit de vous promener sur notre catalogue et de remplir votre panier.

Le paiement se fait via PayPal (paiement PayPal ou par carte bancaire). Il est donc complètement sécurisé.

Nous garantissons des délais d'expédition extrêmement brefs.

Payer par chèque

Vous pouvez passer commande en nous écrivant via le formulaire de contact, voire directement à l'adresse mail des éditions (contact@atelier-du-tilde.org) ou bien par téléphone (06 77 11 07 37)  Votre commande sera expédiée après réception de votre paiement (chèque ou virement).

 

En librairie

Tous nos ouvrages sont référencés sur les bases de données professionnelles.

Toutes les librairies de France sont donc à même de les commander même s'ils n'ont pas nos livres en boutique.

Nous garantissons l'efficacité et la rapidité de l'expédition.

 

Pour accéder à la liste de nos librairies partenaires, cliquez ici.

Tous droits réservés L'atelier du tilde / Alexis Dedieu

Dernière mise à jour : printemps 2015